Combien de temps les communes de l’Est du département des Bouches-du-Rhône ont-elles dû patienter avant de bénéficier des eaux de la Durance ?

C’est à peine croyable, mais il a fallu attendre 23 ans à Aubagne, 36 ans à la Ciotat et 45 ans à Cassis ! Et on imagine bien l’impatience des habitants. Comment expliquer ce délai ? D’abord, à peine l’eau de la Durance vient-elle d’arriver à Marseille qu’éclate le krach boursier de 1847. Et l’année suivante, c’est la Révolution de 1848. L’État, ou ce qu’il en reste, a d’autres préoccupations en tête que l’adduction d’eau dans trois communes du sud de la France !

C’est finalement en 1864 que l’Etat autorise la ville d’Aubagne à bénéficier de l’eau du canal de Marseille.

Cet avènement au pied du Garlaban que magnifiera plus tard Marcel Pagnol, donne l’occasion d’une grande fête autour du bassin du cours Beaumond le 5 juin 1870. Et le ciel se manifeste par un orage mémorable à l'origine du dicton « A Aùbagno, quand ploù, si bagnon ! » (A Aubagne, quand il pleut, on se baigne)…

Alors qu’Aubagne a réglé le problème de l’eau, cinq ans plus tard, on fait toujours la queue aux fontaines de la Ciotat, toute la journée et une bonne partie de la nuit. L'eau est vendue dans les rues 5 centimes la cruche. 

La population ne supporte plus cette situation et s’adresse au préfet dans une pétition : « La Ciotat peut acquérir un grand développement si l'on donne suite au projet d'y amener l'eau de la Durance. Bien des cités contractent des emprunts pour se procurer cet élément indispensable. Que ne dirait-on pas si La Ciotat, qui a de si grands revenus, ne parvenait pas à faire ce qu'a fait Aubagne... ». 

Et en 1878, le Préfet autorise enfin la ville de Marseille à faire profiter les communes de Cassis et de La Ciotat de cette eau si précieuse qu’elle est parfois qualifiée d’or blanc.

A La Ciotat, l’inauguration a lieu le 15 juillet 1883, dans un décor pavoisé au lendemain de la fête nationale. Et c’est au terme d’un banquet de 80 couverts que le maire, Justin Ventre, ouvre avec satisfaction le robinet du jet d’eau du rond-point.

Mais à Cassis, l’eau n’arrive pas avant 1892 et il faut même attendre 1913 pour que soit édifiée la fontaine en hommage à l’homme qui s’est démené pour faire venir l’eau du canal de Marseille à la Ciotat et à Cassis, le conseiller général du canton Pierre Baragnon.